Vous êtes ici
J’ai testé... le sourire Ultra Brite !

Pendant longtemps, les Français, fumeurs de Gitanes, grands buveurs de café et de vin, bref épicuriens, ont assumé que leurs dents vieillissent (enfin, jaunissent) avec eux. Mais depuis quelques années, la concurrence des Américains et de leur émail lavabo a fichu des complexes aux petits frenchies. Désormais, tout le monde réclame le sourire Joker de Cameron Diaz (pour les filles) ou de Tom Cruise (pour les garçons). La technique du blanchiment at home est incontestablement la plus populaire : les kits vendus en parapharmacie ne sont pas trop chers... mais l’efficacité frise le niveau zéro, la plupart du temps. Rendez-vous donc chez le dentiste pour tester le blanchiment dit « au fauteuil ».

 

 

Le principe C’est le même que dans les kits à utiliser chez soi : enduire les dents d’une eau oxygénée qui va oxyder les molécules foncées contenues à l’intérieur de la dent pour les rendre plus claires. Sauf que le dentiste utilise des concentrations nettement plus élevées et donc nettement plus efficaces que celles autorisées pour le blanchiment maison. Il peut aussi y ajouter une lampe qui active le processus d’éclaircissement et fabriquer une gouttière sur mesure à utiliser soi-même à la maison pour entretenir durant les mois suivants.

 

Le résultat Après la première séance, l’effet blanchissant est bluffant... mais mieux vaut être prévenue, il s’estompe au bout d’une journée. Quatre à cinq séances espacées d’environ trois semaines sont en général nécessaires pour un résultat optimum. A l’issue du traitement, les dents sont effectivement redevenues celles de nos vingt printemps. Et mine de rien, ça donne un sacré coup de jeune au visage, ce lifting dentaire !

 

Verdict ? Le problème, c’est que les inconvénients sont presque aussi nombreux que le nombre de nos prémolaires (combien ? hein, combien ???). 1, c’est hors de prix, 1.000 euro au bas mot, donc à moins d’avoir une mutuelle de choc, ou d’en faire son cadeau de Noël (moins sympa qu’un it bag, quand même)... 2, tous ces rendez-vous, c’est contraignant, surtout si l’on se dit que (et ça, c’est notre petit 3), le résultat n’est même pas définitif, puisqu’à moins de supprimer totalement les aliments qui tâchent et de ne plus avaler que du lait, des bananes et des patates, le blanchiment est à recommencer environ tous les trois ans. 4, ça peut être horriblement douloureux (et quand on dit horriblement, c’est vraiment HORRIBLEMENT) pour celles qui ont un émail fragile (et ça, on ne le sait pas forcément à l’avance). Aaaargh... N’en jetez plus, la bouche (euh pardon, la coupe) est pleine !

 

 

Et vous les Paresseuses, vous êtes-vous laissées tenter par

les alouettes du sourire à l’américaine ?