Vous êtes ici
Promenade gourmande rue Sainte Marthe
rue sainte marthe

Bonjour à vous, les amateurs de ballades gourmandes ! Aujourd’hui, nous entamons une nouvelle série d’articles : des petits reportages photos sur les sujets les plus variés. Il se trouve que nous nous promenons beaucoup, et que nous prenons toujours un tas de photos, en nous disant qu’un jour cela pourra peut être vous intéresser.

C’est aussi un moyen de partager avec vous quelques bonnes adresses et petits secrets (plus ou moins bien cachés, selon les cas), mais attention : notre ambition n’est pas ici de faire un guide ou un carnet d’adresses, seulement une petite ballade.

Nous commençons aujourd’hui avec une rue du 10ème arrondissement de Paris : la trèèèèèès branchée rue Sainte Marthe. Planquée entre l’hôpital Bichat et le boulevard de la Villette, cette rue cabossée possède un charme bohème assez unique en son genre. Petits troquets, restaurants et boutiques on l’air fabriqués de bric et de broc, en couleurs, et la petite place du milieu de la rue est bien connue des amateurs de terrasses tranquilles (espèce rare dans cet arrondissement très urbanisé).

Or, depuis quelques années, certains grands gourmands au nez creux ont fait leur nid dans ce havre de calme, hors du temps, loin des bruits de la grouillante Belleville et de la très agitée place de la République. La rue Ste Marthe, passe donc du statut de « spot sympa pour prendre un verre », à celui de « place to be » pour les gourmands de la capitale et d’ailleurs.

On vous y emmène ?

Suivez le guide !

 

On commence par La tête dans les Olives. Cette échoppe improbable fournit les plus grands restaurants de Paris (dont le Plaza Athénée de Ducasse) en câpres, baies roses, huile d’olive ou poutargue de thon. Tous ces produits sont rapportés de Sicile par le passionné Cédric Casanova, dont le talent pour dénicher les meilleurs produits n’est plus à prouver. Sa boutique vaut à elle seule le déplacement jusqu’à la rue Sainte Marthe.

 

La Rôtisserie, située juste un peu plus haut est une institution du quartier en danger de disparition : ce restaurant associatif se bat contre le promoteur immobilier qui a racheté l’immeuble et souhaite sa fermeture. Si vous voulez en savoir plus sur leur combat : La Rôtisserie.

 

Toujours en remontant la rue, on croise ensuite bistrots et restaurants (dont certains avaient malheureusement descendu le rideau en ce milieu d’après midi), et quelques boutiques colorées aux enseignes joyeuses.

 

 

Au Coisas do Brasil, le soir, toute petite salle mais grosse ambiance autour des spécialités Brésiliennes.

 

 

Le Jambo fait partie du club très restreint des restaurants rwandais de la capitale. Il jouit d’une excellente réputation : a essayer !

 

A La Sardine, on ne sait plus bien ce qu’on vient de manger – on est tellement bien sur la petite place Sainte Marthe …

 

Autrefois vértiable institution bistrotière du quartier, Le Galopin a été récement repris par le jeune chef Romain Tischenko, heureux gagnant de la première saison de Top Chef (et si l’on regarde bien, on le voit prendre sa pause sur la gauche de la photo). Cette excellente table fait parler d’elle, à découvrir vite !

 

La Contre Étiquette n’est pas la moindre des brillantes caves « nouvelle génération » de la capitale, riches en vins natures et petites productions éveillées. A visiter absolument si vous êtes amateur.

 

Juste en face, au numéro 31, Carlos Gutierrez propose Jambons Ibériques et boeuf wagyu entre autres produits d’exception. On n’a pas bien compris les horaires d’ouverture de la boutique, mais pas mal de chefs en vue s’y fournissent, jetez un oeil lors de votre passage.

Un dernier bistrot repeint en rose …

 

… et voila, vous êtes boulevard de la Villette, vous pouvez reprendre une activité normale.

A la prochaine !