Vous êtes ici
Ma journée avec un rouge à lèvres très très rouge

Il paraît que c’est LA tendance du printemps, et pas que pour Dita Von Teese ou Pénelope Cruz : la bouche rouge, très très rouge, celle qui était déjà à la mode sur les stars hollywoodiennes des années 40 ou sur les power girls des années 80. Sauf que cette fois, elle nous est prescrite non plus avec une robe à Oscars, mais avec une chemise blanche ou une robette à fleurettes. Et surtout, en plein jour. On essaie ?

 

 

8h03 J’applique consciencieusement mon rouge. Ça me prend au moins dix minutes, entre le crayon contour des lèvres, le mouchoir à mordre, le poudrage entre les différentes couches… Mais ça y est, c’est fait : je me sens comme Scarlett Johansson en route pour la gloire.

 

8h15 J’aperçois mon reflet dans la glace du couloir. Je me demande si après tout je ne ressemble pas plutôt à Bozo le clown.

 

8h16 Pas le temps de réfléchir, j’embrasse les enfants, et je leur laisse sur les joues de grosses traces de smack. Ils ne remarquent rien.

 

8h18 J’embrasse mon chéri, qui se retrouve avec les mêmes marques. Il me dit qu’il a passé l’âge pour ça. « Et pourquoi pas un suçon tant que tu y es ? »

 

8h24 Je vérifie mes dents dans la glace de la voiture. Tiens, je ne me souviens pas avoir mangé du poivron rouge pour le petit-déjeuner. Ah mais non, c’est mon rouge.

 

9h06 Mes collègues ne me regardent pas comme d’habitude. Ils me regardent comme quelqu’un qui va à une after à 9h du mat’.

 

9h37 Mon patron ne me regarde pas comme d’habitude. J’ai oublié de me renseigner. Le rouge-rouge au bureau, c’est comme le décolleté : déplacé ?

 

12h14 Avant le déjeuner, je réapplique consciencieusement mon rouge. A nouveau dix bonnes minutes.

 

13h12 Après le déjeuner, je réapplique consciencieusement mon rouge. On en est à la moitié de la journée et j’ai déjà l’impression d’avoir avalé un bâton entier.

 

13h38 J’essaie une petite robe dans ma boutique préférée. Zut. Je colle des grosses traces rougeâtres partout sur le col. Je la remets en rayon et je file le plus discrètement possible.

 

18h22 L’avantage quand il y a un pot de départ au bureau, c’est que je retrouve facilement mon verre : c’est celui qui a des marques de lèvres et dans lequel personne d’autre ne veut boire.

 

18h54 Avant de partir, je réapplique consciencieusement mon rouge. Et je calcule… j’ai déjà passé quarante minutes à faire ça… multiplié par cinq jours de la semaine… multiplié par environ quarante-cinq semaines par an… C’est pile-poil le temps qui me manque pour me mettre aux Pilates, ça !

 

19h32 Je retrouve mon chéri qui n’est plus dans le rush du matin et prend le temps de m’admirer comme si j’étais vraiment Scarlett Johansson. Et je me dis que même si c’est nettement moins facile à porter et à vivre que mon gloss favori, c’est définitivement plus classe.