Vous êtes ici
Comment lutter contre le coup de déprime post-vacances ?

Vous l’avez bien compris, les grandes vacances sont désormais derrière nous. Rien qu’en rédigeant cet article, j’ai les larmes qui me montent aux yeux (où seraient-ce les dernier grains de sable qui refusent de se décoller de mes paupières ?).

 

Comme nous, vous avez dû passer des supers vacances, à vous déconnecter (du bureau seulement).

 

Oui, inutile de vous cacher aujourd’hui, on sait que vous êtes accros aux réseaux sociaux et que publier cette pizza brillante de graisse que vous dévorez sans complexe, agrémentée des hashtags #crazysummer #ieatwhatiwant, vous n’avez pas pu y résister. Non, nous non plus, il est vrai. Et aujourd’hui on se sourit timidement à la salle de sport du haut de nos vélo elliptiques « eh oui, toi aussi t’as un peu pris ? Même galère comme on dit ».

 

Bref nous voilà donc de retour au bureau, avec une mélancolie grandissante. Dehors c’est l’été indien et on maudit que la rentrée ne soit pas programmée à partir de la mi-août pour que tous ces enfants, libres de courir dans les fontaines, de s’éclabousser librement, soient plutôt sagement assignés derrière leur bureau avec un cahier 24X32, un stylo quatre couleurs dans les mains. On se sentirait moins seuls.

Mais comme tout le monde le sait, le beau temps ne dure pas toujours (excepté dans le sud de la France mais malheureusement c’est Paris qui a été choisie comme capitale pour implanter la majorité des grosses entreprises). Alors quand on se lève le matin suivant, qu’on ne sort pas assez couvert et que ce vent froid nous transperce tout entier, on regrette de ne pas avoir déjà sorti sa veste intersaison.

 

 

Il est peut-être temps de se reprendre en main avant de tomber plus tôt que prévu dans la déprime automnale, non ?

 

 

Oui le sport est un excellent moyen d’y arriver, mais il y’a d’autres petits trucs qu’on peut effectuer au jour le jour pour se remonter le moral.

 

Méditer par exemple. Méditer ? Genre se poser à même le sol, en sortant du métro quand on sent que ça ne va plus, fermer les yeux, faire abstraction du bruit et des gens impatients qui nous bousculeraient ?

Non, évidemment. Dans la journée trouvez-vous un moment à vous. Au réveil, après la pause déjeuner, en fin d’après-midi, le soir avant de dormir par exemple. C’est une pratique très simple, qui peut modifier en profondeur notre vision du monde direct qui nous entoure, mais qui peut également nous aider à canaliser nos émotions et même renforcer notre système immunitaire selon certains spécialistes.

 

 

Optez également pour un plein de vitamines C. Ca booste. Je vous arrête tout de suite, il n’y a pas que les oranges et le citron pour cela. On en trouve dans le persil, les kiwis ou les poivrons par exemple. Alors on se remet aux fourneaux pour cuisiner un peu et on se fait un bon petit plat avec des bons ingrédients (d’accord pas tous les jours mais essayez de le faire deux fois par semaine, c’est déjà un bon début).

 

 

Reprenez également le rythme des boissons naturelles. Oui, la consommation soutenue de cocktails et autres vins est maintenant à ralentir (du moins en semaine…). Alors on se tourne vers le thé ou les eaux aromatisées et détox pour retrouver du peps et de l’entrain.

 

 

Si des périodes de fort stress se profilent ou si l’humeur n’est pas de la partie certains jours, répétez-vous des pensées « feel good ». Il est important de savoir lâcher prise, de respirer, de se poser 5 minutes et de se recentrer sur soi. On se répète des phrases apaisantes et motivantes comme « J’en suis capable », « Je vais réussir, à mon rythme », « Je sais ce que je vaux »… Mais surtout pas d’auto-pression mentale comme « Dépêche-toi », « Bouge-toi flemmard », qui ne feront qu’accentuer votre baisse d’estime personnelle et vous précipiteront dans un cercle vicieux.

 

 

Allez, de mon côté, je pousse le clavier de mon ordinateur de côté et je m’imagine déjà sur la côte d’Azur à la Toussaint, c'est un type de pensée positive non ?

 

W.Koenig

 

Livre(s) associé(s):